ARTEFAKT – Hip-Hop / Danse contemporaine

Description du projet

PANTONE 219 – LAFABRIK DES FILLES

« Un solo à 2, un déambulatoire dansé à roulettes », c’est en ces termes que Céline Amato définit sa jubilatoire balade chorégraphique, en pourfendeuse mobile, espiègle et poète d’une des idées reçues les plus tenaces: celle qui dit que le bleu c’est pour les garçons, le rose pour les filles. D’ailleurs Pantone 219, sachez-le, c’est la référence du « Rose Barbie » dans l’échéancier des couleurs. Avec sa drôle de machine, bric à  brac d’objets abandonnés qui lui sert tour à tour de bolide roulant, de carrosse, de confident, de cabane ou même de fusée, Céline embarque les petits (et les plus grands) dans son pays magique où les filles et garçons, plus tard…feront bien ce qu’ils veulent, comme ils veulent, loin de tout diktat social. Na.

 

Céline Amato  allie l’univers hip-hop à d’autres cultures et formes artistiques. Elle inscrit ses convictions dans la rencontre humaine, la mixité des genres, le croisement des différentes expressions. Les fidèles reconnaitront aussi en elle la cheftaine artistique au grand cœur de Rouv’la Kaz (danse chez l’habitant) et l’interprète de « KOM », avec Dutty Comtois.

Informations complémentaires

Facebook : LAB Les Agités du Bokal

Chorégraphe et interprète: Céline Amato / Partenaire chorégraphe : Sandra Rivière

Scénographe : Carst / Partenaire scénographe : Mickaël Festin

Texte : Béatrice Boisson

Production : Artefakt- ALEAA

Co- production: Les Bambous (St-Benoît), L’Entre-Pont (Nice), avec le soutien de la DACOI, de la Région et du L.A.B (Le Tampon).

Durée : 50’

Dates et lieux

  • DIM 23 OCT – 15h, Mail de Rodrigues, Ermitage.
  • Un jeu est mis en place dès 14h avec « l’arbre à secrets », venez plus tôt pour participer !

Bonus ! Retrouvez également Céline Amato lors de L’Escapade Danse Péi à la Cité des Arts le sam 8 Octobre! Avec « Anagramme Dansée », un gros travail de direction chorégraphique sur les mots et les espaces de la Cité, débuté dès le mois de juillet avec une trentaine de danseurs amateurs en résidence auprès d’elle. Poétique encore !